top of page
Search

Beni: Au mépris des lois, certains candidats utilisent déjà les enfants pour des fins électorales

Le Forum de Paix (FP) a constaté que certains candidats députés issus des partis politiques confondus à Beni, au Nord-Kivu, profitent de l’ignorance et de la faiblesse d’esprit des enfants pour les manipuler, en violation des textes légaux de la RD Congo. Selon Papy Kasereka, assistant recherche de cette organisation de consolidation de la paix et du développement, certaines vidéos prouvant ce constat, ont déjà commencées à circuler dans les réseaux sociaux.


« Nous avons décidé d’aborder ce sujet pour mettre l’appareil judiciaire devant ses responsabilités. C’est à lui de rechercher les politiciens qui vont à l’encontre des textes du pays. A notre niveau, nous disons non à l’utilisation des enfants pendant le processus électoral en cours », a-t-il renchéri.


Le Forum de paix reconnait les responsabilités des parents et des enfants vis-à-vis d’eux-mêmes face à cette problématique. Mais les parties politiques doivent aussi monter des stratégies pour empêcher les enfants à adhérer dans leurs campagnes électorales, par ce qu’en principe les mineurs n’ont pas de consentement.


Des dispositions légales qui interdisent l’utilisation des enfants à des fins électorales et /ou travaux inadaptés


Dans son article 2 (Titre Ier), la loi portant protection de l’enfant défini un enfant comme : « toute personne âgée de moins de dix-huit ans ». A son article 50 (titre II), elle stipule que : « L'enfant ne peut être employé avant l'âge de seize ans révolus ». Et de poursuivre que : «  L'enfant âgé de quinze ans ne peut être engagé ou maintenu en service, même comme apprenti, que moyennant dérogation expresse du juge pour enfants, après avis psycho médical d'un expert et de l'inspecteur du travail » ; « Le juge est saisi à la demande des parents ou de toute personne exerçant l'autorité parentale ou tutélaire sur l'enfant, par l'inspecteur du travail ou toute personne intéressée ».


L’Article 53 ajoute que : « Les pires formes de travail des enfants sont interdites. Sont considérées comme pires formes de travail des enfants »:


a) toutes les formes d'esclavage ou pratiques analogues, telles que la vente et la traite des enfants, la servitude pour dettes et le servage ainsi que le travail forcé ou obligatoire ;


b) le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans les conflits armés;


c) l'utilisation, le recrutement ou l'offre d'un enfant à des fins de prostitution, de production de matériel pornographique de spectacles pornographiques;


d) l'utilisation, le recrutement ou l'offre d'un enfant aux fins d'activités illicites, notamment pour la production et le trafic des stupéfiants ;


e) les travaux qui, par leur nature et les conditions dans lesquelles ils s'exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la croissance, à la sécurité, à l'épanouissement, à la dignité ou à la moralité de l'enfant.


Des stratégies montées par quelques politiciens pour empêcher l’adhésion des enfants de Beni au processus électoral !


C’est le cas du candidat de l’opposition Clovis Mutsuva qui a révélé à l’équipe de communication du Forum de Paix ses stratégies pour empêcher les enfants à prendre part à ses activités de campagne électorale.


« Si les enfants tentent de joindre à la foule venue pour m’écouter, je vais demander à mon équipe de sécurité de les mettre à coté, pas les chasser mais les mettre à l’abri. Tellement qu’on aura des véhicules, des motos, avec beaucoup d’embouteillage, les enfants risqueraient d’être emporté. Nous avons tout intérêt à monter des équipes de sécurité pour protéger les enfants parce qu’ils sont l’avenir de demain », a rassuré ce candidat d’ensemble pour la République.


Pour sa part, le candidat député provincial de la circonscription Beni Ville, Fiston Dienze de la majorité présidentielle, pense qu’il passera par le ciblage des milieux d’adulte pour sa campagne électorale.


«J’ai choisi de chaque fois cibler les endroits où l’on ne peut que retrouver les adultes. Je demanderai aussi à ces adultes de ne pas venir avec leurs enfants. C’est comme ça que nous serons entrain de protéger nos enfants en tant que candidats aux élections prochaines en République Démocratique du Congo », a-t-il fait savoir.


Selon le calendrier de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la campagne électorale sera lancée le dimanche 19 Novembre 2023 sur l’ensemble du territoire de la République Démocratique du Congo.


Service de Communication

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page