top of page
Search

Beni: Les zones rouges seraient vide pour limiter les dégâts humains lors de la traque des rebelles



Le mois de Février 2022 a été clôturé dans le sang en région de Beni. Des morts ont été enregistrés lors d’une violence qui a ciblé le village Kikura en groupement Baniangala, dans le territoire de Beni en province du Nord-Kivu (Est de la RDC) la nuit du dimanche 27 au lundi 28 Février 2022. Les forces vives locales ont avancé un bilan d’une vingtaine des morts aux côtés de nombreux otages. Les ONG de consolidation de la paix oeuvrant dans cette partie du pays s’en inquiètent et proposent l’officialisation du retrait des populations de certaines zones les plus vulnérables aux attaques de l’ennemi.


Sans écarter les préalables, ces ONG supposent que ce retrait des civils de certaines zones péri urbaines permettra à l’armée régulière de mener les opérations de traque contre l’ennemi sans que des morts ne soient enregistrés côté civil. Pour l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO/Nord-Kivu), une organisation membre du Forum de Paix par exemple, ce retrait serait idéal mais cela passe par certains préalables.


«  _C’est l’idéal. Cependant, cela doit être accompagné par un plan de contingence. Lorsque la population va quitter les champs, où est-ce qu’elle va se cantonner ? Comment elle va vivre ? Comment elle va manger ? Alors toute cette charge revient au gouvernement central. Il doit d’abord y réfléchir avant de procéder au refoulement des populations des champs,_ a lâché Maître Henri Ngavo point focal de l’ASADHO/Nord-Kivu


Par ailleurs, dans le processus de pacification de l’est de la République Démocratique du Congo l’option de facilitation de défection des rebelles qui écument cette région n’est pas à négliger, croit savoir les ONG de consolidation de paix. Voilà pourquoi, Maître Henri Ngavo pense aux combattants qui ont la volonté de se rendre, surtout ceux qui ont été contraints de rejoindre la rébellion ADF.


« _Dans certaines mesures, nous avons toujours encouragé la justice transitionnelle qui doit déboucher à la procédure de défection. Lorsque certains volontaires peuvent vouloir quitter, lorsqu’ils arrivent dans la cité, ils voudront qu’ils ne soient pas directement à la justice. Il faudra qu’il y ait un cadre juste pour les réinsérer dans la société,_ a supposé Maître Henri Ngavo


Depuis Octobre 2013, des milliers de personnes ont été massacrées dans la ville et dans le territoire de Beni par les Allied Democratic Forces (ADF) collaborant parfois avec des groupes armés locaux. Le gouvernement Congolais est sur tous les fronts pour tenter de pacifier toute la partie Est de la République Démocratique du Congo cible des théâtres des groupes armés négatifs locaux et étrangers.


Service de Communication

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page