top of page
Search

Nouvelle loi électorale en RDC : Pas de souci de payement des cautions pour les partis politiques



Il suffit aux partis politiques de participer à la promotion de la femme en alignant celle-ci sur leurs listes pour se voir exempter du paiement du cautionnement selon l’esprit de la nouvelle loi électorale N°22/029 DU 29 JUIN portant Organisation des élections, Présidentielle, Législatives, Provinciales, Urbaines, Municipales et Locales en République Démocratique du Congo, entrée en vigueur depuis le 29 juin 2022 dès sa promulgation par le président de la République. Son article 13 alinéa 2, stipule que : « chaque liste est établie en tenant compte de la représentation de la femme et de la personne avec handicap ».


Et de poursuivre :


« La liste qui aligne 50% au minimum des femmes dans une circonscription électorale est exemptée du paiement du cautionnement ». Contacté par le Forum de Paix à ce sujet, Charline Wakine donne son appréciation sur ce qu’elle qualifie d’innovation dans la promotion de la femme en République Démocratique du Congo.


Bonjour Madame Charline Wakine, merci de nous accorder de votre temps.

La nouvelle loi électorale souhaite une représentation considérable des femmes aux prochaines élections au pays, quel commentaire ?


Charline Wakine : Je suis la deuxième vice-présidente chargée du genre au Conseil Urbain de la Jeunesse (CUJ/BENI). Nous sommes membre du Forum de Paix, une organisation de consolidation de la paix et le développement. Pour répondre à votre question, il y a lieu de remercier le gouvernement Congolais qui fait preuve de lutter pour l’égalité du genre au pays. Cette disposition de la nouvelle loi électorale vient promouvoir d’avantage la femme enfin de la rendre autonome en tout cas pour moi, c’est déjà un grand pas dans la lutte que nous menons au quotidien. Notre souci est de voir la femme participer à la gestion du pays.


A son alinéa 3 la nouvelle loi électorale tente de mettre les partis politiques devant un défis vu ce que nous vivons sur terrain, c’est possible que les listes tiennent compte des 50% au minimum des femmes ?


Charline Wakine : C’est vraiment une opportunité non seulement pour la femme mais aussi pour les partis politiques. Un parti qui sera dans cette logique ne paiera pas le cautionnement, c’est vraiment très simple à mon avis. Pour les femmes c’est une opportunité surtout à celles qui avaient des difficultés de payer la caution pendant la période électorale pourront jouir de cette nouvelle ouverture et inclusion de la loi. Parmi les femmes, il y a celles qui sont ambitieuses mais étaient confronter au manque des moyens, ceci va les motiver à postuler enfin d’occuper des postes de prises de décision autant que les hommes parce qu’elles sont aussi capables. D’ailleurs pour les partis politiques, c’est le moment de préparer leurs candidates. Ils doivent sélectionner maintenant les femmes capables, les préparer, pour qu’elles soient alignées sans problème le moment venu.


Avez-vous une idée sur le rôle que jouent les femmes dans les partis politiques à Beni ? Il y existerait même des ligues des femmes n’est-ce pas !


Charline Wakine : Si, c’est là qu’il y a un grand défis à relever au sein des partis politiques. Malheureusement dans les ligues des femmes, l’on y applaudit les hommes « Honorables » c’est comme ça que le message passe là-bas. Ces ligues des femmes devraient en principe initier les femmes à la vie politique pour qu’elles participent également à la gestion du pays. Cette pratique doit cesser en tout cas si l’on veut que pays aillent de l’avant.


C’est possible que les partis politiques traitent les femmes autrement selon vous ?


Charline Wakine : Actuellement c’est possible parque des activités visant la promotion de la femme se font dans la ville de Beni. Nous encourageons vraiment les candidatures féminines car nous sommes capables de relever les défis. Les partis politiques savent mieux d’ailleurs l’importance d’aligner les femmes. Seuls les hommes ne peuvent rien pour cette république. L’apport de la femme est plus que nécessaire dans la gestion de ce pays. Aujourd’hui les femmes ambitieuses sont en nombre dans les partis politiques de Beni. Elles sont prêtent à se présenter aux élections.


Qu’est-ce que la femme doit faire réellement pour se faire élire prochainement ?


Charline Wakine : Premièrement la femme doit prendre conscience. Elle doit se considérer capable d’abord elle-même avant que d’autres personnes découvrent quelque chose de grand en elle. Deuxièmement, la femme doit se passer des stéréotypes et des préjugés. Si vous posez la question dans la communauté sur le choix d’un homme ou d’une femme aux élections prochaines, tout le monde aura tendance à voter pour un homme au détriment de la femme. Les femmes sont jugées à tort disant qu’elles perdent de contrôle une fois elles occupent des postes de prise de décision. Des préjugées erronées. Enfin, que les femmes aient confiance à leurs pairs. Aussi, la lutte pour l’égalité du genre ne sera pas possible sans l’accompagnement des hommes.


Pour finir Madame, que faire au niveau de la Commission Electorale Nationale Indépendante « CENI » pour que cette nouvelle loi électorale soit connue du grand public surtout la disposition qui valorise la femme ?


Charline Wakine : La CENI doit prendre l’approche de vulgariser cette loi d’abord à partir des partis politiques. C’est au sein de ces groupes qu’il faut insister sur la représentation de la femme aux prochaines élections. Cette machine d’appui à la démocratie doit aussi travailler avec les médias dans cette campagne de vulgarisation de la loi électorale. Elle doit être connue de tous, c’est très important. Il faut que les habitants de Beni savent ce que réserve cette loi pour la femme afin qu’ils placent leur confiance en elle. Ils savent que femmes vont plaider dans le vrai sens du terme pour la cause de Beni.


Madame Charline Wakine, Merci !


Des propos recueillis par le Service de Communication du Forum de Paix

Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Noch keine Ratings

Rating hinzufügen
bottom of page